Je connais la responsabilité délicate de celui qui se voit confier des œuvres témoins d’un message artistique, historique et technologique unique.

Je fais parti des rares intervenants ayant une action physique sur l’objet, je suis au service des qualités déjà exprimées.

 

Je contribue à perpétuer un témoignage en respectant l’intégrité matérielle et esthétique par l’exercice de mes compétences professionnelles.

 

Mon ambition n'est pas d'arrêter la marche du temps mais de diminuer la rapidité et l'ampleur de la dégradation induite par son passage. L’objectif est de permettre à l'objet de continuer à vieillir, car se dit “Conservateur Restaurateur” celui qui se situe sur l’échelle chronologique d’un objet, en représente un passage pour lui permettre de continuer son existence.

 

“La Charte internationale de Venise“ de 1964  incarne les préceptes de conduite dans l'exercice du métier et guide les choix fondamentaux.